CHERIE FM GUINEE TATVMAG AFRICATODAY FEMME DE GUINEE FONDATION CHANTAL COLLE GROUPE ALO
Découvrez votre nouveau site d'information sur l'Afrique www.Africatoday.euArchives
mardi 30 septembre 2014             17h49
ACTUS EN IMAGES

…Guy Laroche présente sa collection Printemps Eté 2015

Zuma pousse les dirigeants du Lesot

Colombie: polémique autour des chev
Voir les archives
PEOPLE EN IMAGES

Diana Krall, au repos forcé  

Philippe Gildas: «On peut parler d’une géné­ra­tion Nulle part ailleurs»

Léa Salamé: l'écla­tante ascen­sion

Rémi Wate­rhouse est décédé

Lady Gaga se la joue jazz à Bruxelles avec Tony Bennett

Prince William: Sans Kate mais avec le sourire à Malte
Voir les archives
INTERVIEWS D'ICI ET D'AILLEURS

Blaise Compaoré: «Je veux que le peuple soit libre»

Vol d’Air Algérie: ce que l’on sait

Sérey Dié sort de sa réserve: «Je v
Voir les archives
SONDAGES
idykaba@gmail.com

ESPACE COMMUNIQUES

Union Nationale des Artistes et Musiciens de Guinée(UNAMGUI),

2ème Cérémonie de remise de la Bourse d'Excellence du Club Efficience

Les 72 heures du livre au salon du livre de Paris « Les Mots au service de la Paix »

Bonne fête à toutes les radios de Guinée.

54eme anniversaire de la République de Guinée: Areeba félicite le peuple de Guinée

Voir les archives
Articles les plus lus

Mano River Union : Qui est le nouveau secrétaire général ?

Energie électrique : Bientôt une usine de valorisation des déchets en Guinée.

Binti Daughter Of Sunshine : elle chante avec un fond d'Amour...

Funérailles nationales : Des Guinéens parlent de Dr Ibrahima Fofana et compagnie

Les médias et la société civile à l’école de Lutte contre la corruption

L’AGUIPE au secours des diplômés sans emploi

Exploitation des mines de fer au mont Nimba : Le ministre de la communication visite le site.

Guéguerre au RDR : « Papa Koly n’a jamais été militant du RDR… », déclare Yassy Roger

Société : Obsèques de Moussa Conté, 2ème fils de feu général Lansana Conté.

Le général Mathurin à Cameroun

OFFRES D'EMPLOI

Consulter les annonces d'emploi en Guinée

Déposer votre CV
en ligne

TAMTAM TV

Video 3

Video 2

Video 1
Voir les archives
" La musique guinéenne est formidable, mais elle doit apprendre à évoluer sans perdre son essence" pense l'artiste Maciré Sylla

INTERVIEWS D'ICI ET D'AILLEURS  >   POLITIQUE  >  

'Talitha '' c'est l'intitulé du nouveau joyau musical de la chanteuse et danseuse guinéenne Maciré Sylla, qui à l'occasion débarque pour la première fois à Paris et en terre française pour une série de concerts. Depuis plus d'une décennie, la musique de Maciré Sylla profondément enracinée dans le folklore guinéen trace son bonhomme de chemin en charmant des foules à travers le monde. Mélopées manding, nostalgies sahéliennes, senteurs jamaïcaines, pulsions urbaines, ce 5ème album de Maciré est un furieux mélange festif. Nous l'avons récemment rencontré pour un brin de causette culturel au son du Djembé faré. Interview.

Bonjour Maciré ! Quel plaisir de vous retrouver ! Comment ça va ?

Bonjour, je vais très bien. Je me réjouis de venir me produire à Paris et j'espère rencontrer la communauté guinéenne et française pour partager un moment que j'attends depuis longtemps.

Aujourd'hui vous êtes devenue une artiste guinéenne confirmée et de renommée internationale. Alors, est-ce que vous pouvez nous relater quelques grands repères de votre vie qui continuent a influencé votre carrière artistique?

Avec plaisir. Je suis très fidèle à ma culture et c'est à travers elle que j'ai appris à chanter, à danser. C'est également grâce à elle que j'ai rencontré mon mari, Cédric Asséo, un musicien suisse, nous partageons cet amour de la musique. Quand j'ai quitté la Guinée pour la première fois, je suis venue en Hollande comme choriste dans le groupe Fatala. En 1994, notre premier album "Mariama" que j'ai réalisé avec Cédric, mon mari, a fait un tabac en Guinée et dans toute l’Afrique de l'Ouest. Je pense qu'il m'a véritablement lancée comme chanteuse soliste. Ma vie familiale et mes quatre filles ont joué un rôle très important pour moi.

Votre musique est fruit d'un métissage. Dans vos compositions, on note : le folklore , les rythmes populaires de la Guinée ainsi que des sonorités européennes? Qu'est ce qui explique cela ? Et pourquoi ce choix identitaire ?

C'est mon destin, je vis en Europe et suis en contact avec des artistes qui ont des parcours musicaux différents du mien. Ce mélange est une richesse, cela permet de créer des pont et de partager ma culture avec un large public même si celui-ci ne comprend pas mes paroles. Il y a mon énergie, la musique, l'amour que je transmets.

Ce nouvel album intitulé ''Talitha'' fait déjà sensation aux oreilles musicales. De quoi parle-t-il exactement ? En quoi est-il différents de vos derniers albums à succès ?

Cet album aborde différents thèmes. Je parle des rapports familiaux, des relations entre hommes et femmes, de la pauvreté. J’envoie un message d'amour et de courage aux artistes guinéens qui se battent avec courage pour faire leur travail. Je parle aussi de la disparition des chemins de fer en Guinée... bref j'aborde différents thèmes de la vie sociale pas seulement en Guinée, mais dans le monde entier.

Cet album a été réalisé avec beaucoup de soin et de patience. Des artistes de grande qualité ont participé à sa réalisation. Il y a à la fois un son moderne, mais aussi toutes les harmonies de mon pays.

Vous êtes en ce moment en plein tournée européenne notamment avec des dates prévues en France. Ça se passe bien pour vous ?

La musique est parcours de patience et de volonté. Je suis très heureuse de me produire en France et j'espère que je pourrai encore présenter mon répertoire de nombreuses fois. Je suis bien encadrée et grâce au travail de mon management, j'ai l'espoir de donner un spectacle qui plaira à un large public et m'amènera dans le monde entier. Je prie pour cela. Je reçois souvent des messages de mes fans et cela me fait très plaisir de voir que l'on pense à moi. Merci à toutes et à tous.

A quand le retour de Maciré Sylla sur scène en Guinée ?

J'espère venir bientôt. Nous travaillons dessus en ce-moment. Ce sera vraiment génial.

Quelle lecture faites- vous actuellement de la culture guinéenne dans son ensemble ? On constate que le genre Musique ne s'exporte pas bien, qu'en pensez-vous ?

Je pense que beaucoup d'artistes guinéens ne réalisent pas les difficultés que représentent une carrière en Europe ou en Amérique, il faut connaître le monde musical, ses attentes, la manière de se positionner. Pour cela il faut un solide encadrement et cela fait défaut à une majorité d'artistes n'ont aucune idée du contexte mondial de la musique. La variété guinéenne est souvent mal produite et c'est clair que cela ne pardonne pas. Pour sortir, il faut réunir la qualité, le bon goût, le sérieux sans oublier la chance aussi. Notre musique est formidable, mais elle doit apprendre à évoluer sans perdre son essence.

Votre dernière visite en Guinée remonte à quand ?

J'étais en Guinée en janvier dernier car j'organise des stages de danse de percussion de chant avec mes élèves. C'est toujours une grande joie de revoir ma maman et toute ma famille.

Si vous étiez politicienne quel serait votre message à l'encontre des femmes et de la jeunesse guinéenne ?

Je leur dirais de tout faire pour suivre les classes le plus longtemps possible, apprendre à écrire, lire, mais aussi danser et chanter. Je pense aussi qu'il est important d'observer ce qui se passe dans le monde et de comprendre tout tranquillement comment les choses tournent. Je leur demanderais de se protéger elles-mêmes, leur famille et de travailler pour le pays, pour la justice et le bien-être de tous.

Vous avez des projets en Guinée ?

Beaucoup. J'aimerais créer une école de danse, de musique et si j'avais des moyens, un dispensaire pour mon petit village.

Un dernier mot musical....

Vive la musique, l'amour, la paix et l'humanité. J'espère vous voir nombreuses et nombreux à mon concert, jeudi 29 septembre. Je me réjouis, Gros bisou à toutes et à tous. Je vous remercie beaucoup pour m'avoir accordé cet entretien.

Propos recueillis par Aboubacar Mamadou CAMARA
Groupe ALO Medias -Paris



Publié le 0/0/0


A LIRE AUSSI...

Blaise Compaoré: «Je veux que le peuple soit libre»

Vol d’Air Algérie: ce que l’on sait du crash

Sérey Dié sort de sa réserve: «Je vais toujours pleurer ... »

Robert Bourgi espère que «Gbagbo ne restera pas longtemps à La Haye»

IMPRIMER ENVOYER A UN AMIREAGISSEZ A CET ARTICLE
VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE CATEGORIE