CHERIE FM GUINEE TATVMAG AFRICATODAY FEMME DE GUINEE FONDATION CHANTAL COLLE GROUPE ALO
Découvrez votre nouveau site d'information sur l'Afrique www.Africatoday.euArchives
mercredi 13 décembre 2017             22h00
AFRICA TODAY TV

LE 20H


TODAY AFRICA TV LE 20H DU 26 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 21SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 14 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

LA TRIBUNE DE L'ACTU


TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 27 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 20 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 13 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

DROIT DE COMPRENDRE

Voir les archives
Voir toutes les videos
Justice : Me Cheick Sacko évoque le manque d’infrastructures

SOCIETE  >  

La Guinée se trouve confronté de nos jours à d’énormes difficultés d’infrastructures judiciaires. Un manque de local pour les procès, vu la vétusté des tribunaux, notamment ceux de Conakry. Une situation qui interpelle le ministre de la justice, garde des sceaux. Maitre Cheick Sacko, dit n’avoir pas suffisamment de moyen pour doter le pays d’infrastructures qui répondent aux préoccupations de la chaine pénale.

Rien qu’en faisant le tour des tribunaux de première instance de la Capitale, le constat est patent. Celui de Dixinn en est une parfaite illustration. En plus de l’étroitesse de la salle d’audience, la pièce est devenu un garage de celés des engins notamment de motos. Le bâtiment qui sert de cadre pour les procès ne répond plus au critère d’une maison d’audience. Face à cet état de fait, le ministre de la justice, garde des sceaux ne cache pas les mots.

« Il y a véritablement des problèmes d’infrastructures dans notre pays, la preuve elle est palpable. Il vous suffit d’aller au Tribunal de Première Instance de Mafanco, de Kaloum et celui de Dixinn, vous verrez qu’on a un peu honte d’être Guinéens. Il faut oser dire les choses, telles qu’elles sont » a déclaré Me Cheick Sacko, ministre de la justice, garde des sceaux.

Parlant du budget alloué au département de la justice, le garde des sceaux dit avoir toujours démarché auprès des élus du peuple, ses collègues des finances et du budget pour le rehaussement de ce montant, mais à date rien n’est encore fait.

« On a sensibilisé les députés, qui m’ont toujours soutenu mais on est toujours au même point. Moi je n’ai pas honte de le dire, sait vrais qu’il y avait Ebola, je peux comprendre. Je suis toujours en guerre avec mes collègues des finances et du budget, depuis que je suis à ce ministère. Face à cela, moi on ne peut pas me dire de faire l’impossible. Concernant Dixinn, il n’y a qu’une seule salle d’audience, ce qui n’est pas normale dans un tribunal aussi névralgique. J’ai demandé à Monsieur le procureur de trouver une salle à louer dans le quartier pour une question de proximité. Donc, on essaie de faire ce qu’on peut avec les maigres moyens » a- t- il ajouté.

En attendant l’amélioration de cette situation, ces salles d’audiences continuent d’accueillir des mis en cause, et cela dans des conditions inconfortables.

Oumar Sow
(00224) 666-526-606 / 622-209-207

Publié le 9/8/2017


A LIRE AUSSI...

Le ministre de la justice monte au créneau contre le personnel de l'appareil judiciaire

Un nouvel accord entre le ministère des finances et la banque mondiale

Lutte contre l’immigration : Ismaël Condé propose des pistes de solutions

Cohésion sociale : les Ambassadeurs de la paix choisissent le football

IMPRIMER ENVOYER A UN AMIREAGISSEZ A CET ARTICLE
VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE CATEGORIE