CHERIE FM GUINEE TATVMAG AFRICATODAY FEMME DE GUINEE FONDATION CHANTAL COLLE GROUPE ALO
Découvrez votre nouveau site d'information sur l'Afrique www.Africatoday.euArchives
lundi 23 octobre 2017             04h32
AFRICA TODAY TV

LE 20H


TODAY AFRICA TV LE 20H DU 26 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 21SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 14 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

LA TRIBUNE DE L'ACTU


TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 27 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 20 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 13 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

DROIT DE COMPRENDRE

Voir les archives
Voir toutes les videos
Département-Communication-Horoya : tentative de détournements de près d'un milliard de francs !

ECONOMIE  >  

Des centaines de millions de francs guinéens sont en voie d’êtres détournés -si ce n’est déjà fait- par des cadres et le fournisseur dans le cadre de l’octroi par le gouvernement de près d’un milliard d’intrants au Journal Horoya.

Au titre du budget 2011, le gouvernement a décidé d’approvisionner son quotidien national en intrants (papiers, plaques, encre, etc.) pour une valeur de 995 millions de francs guinéens. Dans ce cadre, un appel d’offres est lancé par le ministère de la Communication à travers la Division des affaires administratives et financières, et la direction nationale des marchés publics du ministère des Finances. Finalement, le marché est attribué après dépouillement, aux Etablissements Moba de Mme Nabé Adama Sow, épouse du gouverneur de la banque centrale.

D’après nos informations, depuis le 30 janvier, l’Etat a versé la somme de 805 millions de francs guinéens à Mme Nabé en vue de lui permettre d’exécuter le marché. 10% du montant ayant été récupéré par le trésor, nous dit-on. Près de 3 mois après, les intrants ne sont toujours pas livrés au journal Horoya qui peine à assurer sa parution quotidienne.

En mars puis à la mi-avril, Mme Nabé a envoyé une partie des intrants qui correspondent, selon des travailleurs, à peine à 30 % du marché total. Des intrants qui sont stockés dans un local fermé au rez-de-chaussée du bâtiment qui abrite le ministère et ne sont pas encore remis officiellement au journal gouvernemental.

C’est quoi le problème aujourd’hui ?

Mme Nabé, malgré des relances de Horoya, refuse de livrer l’intégralité des intrants et, ce, en complicité avec des cadres des la DAF du ministère de la Communication et des Marchés publics. Ces cadres se seraient entendus avec le fournisseur pour que la livraison reste partielle et que la différence leur soit versée en argent liquide, soit des centaines de millions de francs guinéens.

Donc il est question qu’il soit attesté par les représentants de l’Etat (Marchés publics, Contrôle financier, ministère de la Communication et Horoya d’attester avoir reçu des intrants pour une valeur de près d’un milliard, alors que ce n’est pas le cas.

Aux dernières nouvelles, le syndicat du journal Horoya se propose de remonter l’affaire au niveau de la Fédération professionnelle de l’information pour que soit exigée la livraison immédiate et intégrale des intrants achetés par le gouvernement pour faire fonctionner le journal.

Comme on le voit, ça sent très louche. Beaucoup de cadres nommés pour faire le changement sont encore préoccupés par leurs intérêts égoïstes. Ils continuent d’agir en toute impunité au détriment de l’Etat.

Pour beaucoup de travailleurs au journal Horoya et au ministère de la Communication, ce détournement d’une partie de l’argent destinés à payer les intrants pour l'impression des journaux a été effectué déjà depuis longtemps.


Publié le 18/4/2012


La Redaction

A LIRE AUSSI...

Production agricole: le Colonel Sandé parle des stratégies

Séminaire sur les ODD : Des parlementaires à l’école

Vers la mise en place d'un guichet unique de commerce extérieur

OCDE: Poursuite des travaux à Paris

IMPRIMER ENVOYER A UN AMIREAGISSEZ A CET ARTICLE
VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE CATEGORIE